Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Saumureau - Louis
Numéro d’ordre : 24113 - Numéro de dossier : 3

Informations personnelles

Âge : 40 ans
Statut conjugal : Marié 1 enfant(s)
Domicile : Blois, Loir-et-Cher
Profession : Menuisier
Type d’activité : Ameublement
Secteur : Industrie
Antécédents : 1 mois de prison, outrages envers le Préfet, rébellion; 1851, un mois de prison, 25 frs d'amende, rébellion.

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Loir-et-Cher : Cayenne Embarqué le 29/5/1852 pour la Guyane

Observations en liste générale : Chef de sociétés secrètes. Homme sanguinaire. Doué d'une grande force physique et d'une rare habileté. Coureur de cabarets.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : "Arrêté le 8 décembre 1851. Chef de sociétés secrètes. Homme sanguinaire. Doué d'une grande force physique et d'une rare habileté. Coureur de cabarets. Condamné deux fois pour rébellion et outrages envers l'autorité. Poursuivi en novembre 1848 pour menaces de mort proférées à la tête d'une bande d'ouvriers.
Simon, garde national, dépose qu'étant allé à Paris défendre l'ordre en juin 1848, il fut à son retour apostrophé en ces termes par Saumureau : ""Vous êtes allé à Paris pour égorger vos frères"".
T. Bodin dépose que Saumureau lui a dit : ""1852 sera terrible, il faut que tous les républicains marchent et si vous ne marchez pas, je vous f… un coup de couteau"".
Pendant sa détention, il a embauché deux militaires : Duperry, ex sergent-major au 29e de ligne et Castel, ex caporal au 58e de ligne, en vue, disait-il, d'une entreprise périlleuse. Il a introduit dans la garnison de Blois des journaux et correspondances démagogiques.
Un témoin dépose que son arrestation a empêché un coup de main projeté au mois de décembre dernier. Il a été saisi chez lui, lors de son arrestation, une certaine quantité de cartouches cachées dans un madrier, un lingot de plomb recouvert d'un placage en bois.
Il a été saisi également chez lui une lettre de Henri, dit Mangeur de limaces, concernant l'insurrection du 3 décembre à Paris. On demande sa transportation à Cayenne. (Copie littérale du procès-verbal de la Commission mixte du département de Loir-et-Cher, SHD, 7 J 73)"

Grâces et commutations de peine

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2594 Dossiers de grâce : BB/22/154/2
Dossier de pension : Archives nationales F/15/4044
Remarques de l’auteur de la base de données :
Décédé à Cayenne en 1861 selon la demande de pension. Ne figure pas dans le décret de grâce à la date indiquée dans le dossier de grâce au 2/2/1853.




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php