Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Richaud - Paul
Numéro d’ordre : 22702 - Numéro de dossier : 1111

Informations personnelles

Lieu de naissance : Piémont
Âge : 46 ans
Statut conjugal : Marié 1 enfant(s)
Domicile : Barcelonnette, Alpes (Basses)
Profession : Journalier
Type d’activité : Industrie. Non précisé
Secteur : Industrie
Antécédents : Condamné à mort, est passé en Espagne et revenu en France en 1848; 6 mois de prison, coups et blessures.

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Alpes (Basses) : Cayenne Embarqué le 29/5/1852

Observations en liste générale : A joué un rôle actif dans l'insurrection, toujours au premier rang. A tiré le premier coup de feu sur les gendarmes. A mis en joue le directeur de la poste. A pillé la poudrière. Très ardent. Livré à tous les débordements. Soldat indiscipliné, chassé de la gendarmerie. A cependant protégé le Procureur de la République et le sous-préfet pendant l'insurrection.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : A joué un rôle très actif et s'est trouvé au premier rang dans les troubles, l'un des plus coupables. A arrêté les officiers des douanes. S'est précipité sur les gendarmes et a tiré contre eux le premier coup de feu. A envahi le bureau de la poste et mis en joue le directeur. Au premier rang lors de l'arrestation du sous préfet et du procureur de la République. A envahi la maison de l'entreposeur pour avoir les clés de la poudrière et celle du Maire pour avoir les clés de la Mairie. A pillé les armes et forcé les employés de l'octroi à délivrer les registres. Chef. Très ardent. Mauvais fils, a débuté par battre son père. Soldat indiscipliné, chassé de la gendarmerie. Condamné à mort, est passé en Espagne où il faisait de la contrebande. Rentré en France à la faveur de l'amnistie de 1848, s'est fait condamner à 6 mois de prison pour coups et blessures. On lui doit cependant témoignage qu'il a empêché les exactions contre le sous-préfet, qu'il a peut-être sauvé la vie du procureur de la République, et témoigner dans quelques autres circonstances de l'insurrection quelques bons sentiments que n'aurait fait soupçonner ni ses antécédents ni sa conduite. (Commission départementale des Basses Alpes. Copie du registre des décisions, SHD, 7 J 67)

Grâces et commutations de peine

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2594 Dossiers de grâce : BB/30/463




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php