Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Pourthier - Léonard
Numéro d’ordre : 21580 - Numéro de dossier : 45

Informations personnelles

Lieu de naissance : Peyrat Creuse
Âge : 38 ans
Statut conjugal : Marié 1 enfant(s)
Domicile : Faux-la-Montagne, Creuse
Profession : Notaire
Type d’activité : Professions libérales
Secteur : Professions libérales
Antécédents : 9/2/1843, 30 frs d'amende, délit de chasse.

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Creuse : Internement hors du département

Observations en liste générale : Très influent. Démagogue exalté. En relation avec Nadaud. Chef des sociétés secrètes. En révolte contre la société. Son pouvoir a été rejeté par la Commission.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : "La lettre écrite par Jourdain à Malthieux portant en marge ""parlez en à Pourthier"", cette lettre lui est en effet montrée par Malthieux. Et comme elle ne contient point le morceau d'étoffe rouge dont Jourdain annonçait l'envoi, pour servir de mot d'ordre et de signal, il se rend avec Malthieux auprès du commissionnaire qui a apporté la lettre pour le réclamer.
Malthieux dans ses interrogatoires affirme qu'il n'a agi que sur les instigations de Pourthier, que cet inculpé ""l'a engagé le lendemain 7 décembre à voir les besogneux de la commune et à les diriger sur Felletin"".
Il ajoute que sur la fin d'octobre ou au commencement de novembre, Pourthier lui a dit dans une réunion de démocrates présidée par Nadaud, qu'il avait été arrêté, que tous les frères et amis devaient se tenir prêts à marcher pour la défense de la République dans le cas d'un coup d'Etat; qu'il le chargea de sonder les populations des communes pour savoir si, à un signal donné, elles consentiraient à se mettre en marche.
L'instruction établit en effet que Pourthier était en relation intime avec l'ex représentant Nadaud; qu'il partageait ses opinions politiques; qu'il faisait en sa faveur et de concert avec lui une propagande active; qu'il était le conseil du parti. Il était en correspondance avec Mournaud du Monteil-au-Vicomte qui disait en parlant de Pourthier : ""qu'il était le chef des sociétés secrètes et que c'était lui qui avait les idées les plus avancées de tous les socialistes du canton de Gentioux"".
Cet inculpé n'a pas obéi au mandat d'amener décerné contre lui. (Procès-verbal des décisions de la Commission mixte du département de la Creuse, SHD, 7 J 69)"

Grâces et commutations de peine

Grâce accordée par le chef de l’État :
Surveillance le 06/12/1852

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2593 Dossiers de grâce : BB/22/139
Dossier de pension : Archives nationales F/15/4008
Remarques de l’auteur de la base de données :
En fuite. Internement à Angoulême.




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : LIR3S-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php