Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Mournaud - Léonard
Numéro d’ordre : 19269 - Numéro de dossier : 6

Informations personnelles

Lieu de naissance : Monteil-au-Vicomte (Le) Creuse
Âge : 42 ans
Statut conjugal : Marié 5 enfant(s)
Domicile : Monteil-au-Vicomte (Le), Creuse
Profession : Maçon
Type d’activité : Bâtiment
Secteur : Industrie

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Creuse : Algérie plus
Transporté en Algérie à Alger, province : Alger

Observations en liste générale : Homme audacieux. D'une force herculéenne. Lieutenant de Nadaud dans les départements. Extrêmement violent. Antécédents très fâcheux. Socialiste exalté. A sonné le tocsin.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : "Les correspondances saisies à son domicile prouvent qu'il avait le mot d'ordre des socialistes les plus dangereux. Il était en relation avec Jourdain, inculpé d'Aubusson, et avec l'ancien représentant Nadaud.
Le 5, Eyragne lui écrit de mettre en mouvement les campagnes et d'amener à Bourganeuf le plus de monde possible en armes. De son côté il envoie dans le même but des sous émissaires dans différents villages. Il écrit la lettre suivante qui a été saisie :
""Citoyen Charles
Nous partons immédiatement pour Bourganeuf de la part d'un exprès, et tous avec des armes. Ne manquez pas de vous rendre tout de suite à Bourganeuf et surtout passez par Royère, je vous y autorise et même vous y contraint. Vous avertirez Maurisson, en l'absence de René qui doit être à Lavaud et qu'il amène le plus grand nombre d'hommes possible avec des armes et vous avertirez toute votre section, qu'elle parte immédiatement. Salut fraternel. Mournaud.""
Il excite lui-même les habitants à marcher sur Bourganeuf, il sonne le tocsin au Monteil, avec l'inculpé Lebrun. Il part armé d'un fusil à la tête d'une bande, il annonce qu'il va conduire ceux qui le suivent à Bourganeuf, de là à Limoges ""où tout est en feu comme à Paris"".
Il a avoué une partie de ces faits, notamment qu'il avait sonné le tocsin. Mournaud est désigné comme audacieux, violent, d'une force herculéenne et comme l'un des chefs les plus redoutés du parti socialiste dans la contrée. (Procès-verbal des décisions de la Commission mixte du département de la Creuse, SHD, 7 J 69)"

Grâces et commutations de peine

Grâce accordée par le chef de l’État :
Remise le 08/01/1853

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2593 Dossiers de grâce : BB/22/145
Dossier de pension : Archives nationales F/15/4008
Remarques de l’auteur de la base de données :
Cultivateur et maçon selon le registre des transportés en Algérie (A.N. F/7/2587).




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : LIR3S-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php