Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Mayaud - Pierre Simon
Numéro d’ordre : 18055 - Numéro de dossier : 39

Informations personnelles

Lieu de naissance : Arrènes Creuse
Âge : 30 ans
Statut conjugal : Marié 2 enfant(s)
Domicile : Jarnages, Creuse
Profession : Huissier
Type d’activité : Professions libérales
Secteur : Professions libérales

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Creuse : Algérie moins

Observations en liste générale : Affilié aux sociétés secrètes. Excitation à l'émeute. Réunions nocturnes. Dangereux.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : Cet inculpé était depuis longtemps signalé comme un des agents les plus exaltés du parti démagogique dans la Creuse. Il faisait partie des comités qui organisaient les moyens d'assurer le triomphe du socialisme. Il s'entendait à Guéret avec les hommes qui partageaient ses idées et ses espérances. Il était en relation d'intimité avec Nadaud, ancien représentant. Il recevait la Feuille du village de Joigneaux, la propageait et en faisait même des lectures publiques.
Le 4 décembre au matin il se rend à Gouzon, il assiste à une réunion où l'on décide que l'on enverra un émissaire à Guéret pour avoir des nouvelles et sans doute le mot d'ordre. Poumeyrol est choisi. Il contribua aux frais du voyage et donne 2 francs. Il revient à Jarnages, en ressort furtivement avec Poty et Abraham Peyroux pour aller au-devant de Poumeyrol. Abraham Peyroux est arrêté dans ce moment porteur d'un pistolet chargé. Mayaud dit que cela ne doit pas l'empêcher d'aller exécuter son projet. Poumeyrol revient de Guéret vers minuit. Mayaud déroute sa voiture et l'accompagne pendant une partie de la route. Ils ont ensemble une longue conférence.
Dans ses interrogatoires, Mayaud a reconnu tous ces faits en prétendant n'avoir été guidé que par un motif d'innocente curiosité. Mais le mystère dont il a entouré ces différentes démarches et ses rapports avec les hommes les plus dangereux ne permettent pas de douter que son projet ne fut d'attendre le mot d'ordre des chefs de Guéret pour préparer un mouvement insurrectionnel. (Procès-verbal des décisions de la Commission mixte du département de la Creuse, SHD, 7 J 69)

Grâces et commutations de peine

Grâce(s) accordée par les commissaires extraordinaires du gouvernement :
Internement le 18/04/1852
Grâce accordée par le chef de l’État :
Remise le 19/01/1853

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2592 Dossiers de grâce : BB/22/147/1
Dossier de pension : Archives nationales F/15/4008
Remarques de l’auteur de la base de données :
Internement à Bourges.




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php