Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Lumet - Rémond Jean Baptiste
Numéro d’ordre : 16875 - Numéro de dossier : 9

Informations personnelles

Lieu de naissance : Issoudun Indre
Âge : 44 ans
Statut conjugal : Marié 3 enfant(s)
Domicile : Issoudun, Indre
Profession : Vigneron, ancien membre du conseil général
Type d’activité : Agriculture
Secteur : Agriculture
Antécédents : 19/8/1849, 6 mois de prison, affiliation à la Solidarité républicaine.

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Indre : Algérie plus

Observations en liste générale : Affilié aux sociétés secrètes. En relations avec tous les démagogues et capable de tout. Caractère féroce. Ne mérite pas de ménagement.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : Membre du Conseil d'arrondissement. Capitaine de la garde nationale d'Issoudun. Condamné par la cour d'assises à 6 mois de prison pour affiliation à La Solidarité républicaine. Il était défendu par Me Michel de Bourges. Affilié depuis à la société secrète la Jeune Montagne. Après le 2 décembre, sa maison a été le point de réunion des démagogues d'Issoudun. C'est chez lui qu'a eu lieu le 3 décembre une nombreuse réunion de démagogues (Réunion qui a duré de 7 heures du soir à 7 heures du matin) où on a lu le Journal de l'Indre (feuille qui poussait à l'insurrection) et où le mot d'ordre a été donné pour soulever le lendemain Issoudun et les communes voisines (Les faits sont prouvés par l'instruction). Le 5 décembre, en effet, il a fait tous ses efforts pour empêcher les vignerons d'aller aux vignes. Dans la nuit il a fait prévenir le nommé Jamet père, de St-Lizaigne qui, à la même heure, tentait de soulever sa commune et de la conduire sur Issoudun. Chef des vignerons très nombreux dans cette commune. En relations avec tous les démagogues du département. C'est sa femme, qui ne vaut pas mieux que lui, qui lui servait de correspondant, elle a aussi été arrêtée pour cris séditieux. Jeune fille, elle correspondait avec Paul de Keck. Actionnaire du journal rouge Le Travailleur de l'Indre, c'est Mme Dudevant qui lui a donné son action. On a trouvé chez lui les portraits des chefs de la démagogie et les plus mauvais écrits socialistes. Caractère féroce, capable de tout, ne mérite aucun ménagement. Marc Dufraisse, Nadaud, Gaston Dussoubs qui sont venus assister à un dîner politique donné en leur honneur étaient en relations avec Lumet. (Extrait du travail de la Commission mixte du département de l'Indre, SHD, 7 J 72)

Grâces et commutations de peine

Grâce(s) accordée par les commissaires extraordinaires du gouvernement :
Expulsion en Espagne le 22/04/1852
Grâce accordée par le chef de l’État :
Autorisé à rentrer à son domicile le 18/12/1852

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2592 Dossiers de grâce : BB/22/142
Dossier de pension : Archives nationales F/15/4040




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php