Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Eyragne - Jean
Numéro d’ordre : 10238 - Numéro de dossier : 5

Informations personnelles

Lieu de naissance : Ussel Corrèze
Âge : 46 ans
Statut conjugal : Veuf
Domicile : Bourganeuf, Creuse
Profession : Ferblantier
Type d’activité : Métaux ordinaires
Secteur : Industrie

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Creuse : Algérie plus
Transporté en Algérie à Alger, province : Alger

Observations en liste générale : Homme violent, farouche, très redouté. Ecrits et journaux socialistes. Très mauvais antécédents. 2 000 f.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : "Il a assisté à toutes les réunions préparatoires. Le 5, à la réunion du café Louis, il est nommé Maire provisoire de la ville de Bourganeuf. Il concourt à l'envoi des émissaires et au soulèvement des campagnes. Il écrit à Mournaud du Monteil-au-Vicomte une lettre qui n'a pas été saisie mais dont les termes ont été reproduits par les témoins. Elle était ainsi conçue :
""Citoyens, je vous invite à vous réunir sans retard à Bourganeuf. Amenez le plus grand nombre de monde possible et armés. Il s'agit de défendre la cause démocratique. Les communes voisines doivent aussi s'y rendre. Salut et fraternité. Eyragne"".
Par suite de cette lettre le soulèvement s'organise dans la commune du Monteil et une bande armée se met en marche sur Bourganeuf.
Cet inculpé qui est désigné comme violent, farouche et très redouté, était le chef du parti rouge à Bourganeuf et d'un comité démocratique organisé; selon toute apparence, en société secrète. Une perquisition faite au domicile de sa maîtresse y a fait découvrir des lettres à son adresse qui témoignent de ses sentiments socialistes et qui prouvent qu'il était en relation intime avec le représentant Nadeau. On y a saisit également : Les confessions d'un révolutionnaire, de Prouhon (1849)
La révolution démocratique et sociale (1849)
L'almanach des proscrits républicains (1850).
Il disait en parlant des événements dont il espérait la prochaine réalisation, que l'inculpé Dumont, le menuisier, et un autre inculpé qu'il désignait, porteraient bientôt la canne et ""vivraient en bourgeois"". Il avait acheté une canne à épée en disant que cette arme était fort commode et qu'on pouvait s'en servir sans qu'elle excitât la plus légère défiance.
Cet inculpé a avoué l'envoi de la lettre écrite par lui à Mournaud. (Procès-verbal des décisions de la Commission mixte du département de la Creuse, SHD, 7 J 69)"

Grâces et commutations de peine

Grâce accordée par le chef de l’État :
Surveillance le 28/12/1853

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2590 Dossiers de grâce : BB/22/170
Dossier de pension : Archives nationales F/15/4008
Remarques de l’auteur de la base de données :
Né à Saint Rémy, Corrèze, selon le registre des transportés en Algérie (A.N. F/7/2587).




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php