Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Encontre - Pierre Germain
Numéro d’ordre : 10030 - Numéro de dossier : 322

Informations personnelles

Lieu de naissance : Marsillargues Hérault
Âge : 42 ans
Statut conjugal : Marié 1 enfant(s)
Domicile : Nîmes, Gard
Profession : Libraire
Type d’activité : Commerces divers
Secteur : Commerce

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Gard : Algérie plus
Transporté en Algérie à Constantine, province : Constantine

Observations en liste générale : Un des chefs les plus dangereux du parti socialiste. Membre de la Commission des 21, chargée d'organiser la résistance armée. A signé l'appel aux armes. N'a cessé depuis 1848 de souffler l'esprit de révolte et de répandre les doctrines du communisme dans les campagnes. Décédé le 8 juillet 1853, hôpital de Constantine.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : Attendu que cet inculpé est notoirement considéré comme un des chefs les plus dangereux du parti socialiste dans le Gard; que depuis 1848, il n'a cessé de souffler l'esprit de révolte et de répandre les doctrines du communisme parmi les populations du département; que traduit plusieurs fois devant le jury pour délit politique avéré il n'en a pas moins été acquitté; que le 3 décembre dernier il assistait à la réunion des anarchistes nîmois qui eut lieu dans l'établissement de Martin cadet et où fut nommée la commission des 21 chargée d'organiser la résistance armée aux mesures décrétées le 2 décembre; qu'il accepta de faire partie de cette commission et signa avec la plupart de ses collègues l'appel aux armes qui fut immédiatement envoyé sur tous les points du département; qu'il se rendit de sa personne dans le canton de Lédignan dans le but évident de diriger les efforts des insurgés de ce canton; que c'est là où il a été arrêté porteur de diverses lettres qui le montrent en correspondance avec Raspail, Lamennais, Carpentier et Herchaty et autres démocrates de renom; qu'en 1849, il était président d'un comité électoral intitulé Comité de la Montagne; que sa conduite dans ces dernières années et la part principale qu'il a prise aux derniers évènements le désignent à toute la sévérité de la commission. (Registre des décisions rendues par la Commission mixte du Gard, SHD, 7 J 70)

Grâces et commutations de peine

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2590
Dossier de pension : Archives nationales F/15/4019




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php