Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Dutronc - Joseph
Numéro d’ordre : 9958 - Numéro de dossier : 13

Informations personnelles

Lieu de naissance : Bligny-sur-Ouche Côte-d'Or
Âge : 38 ans
Statut conjugal : Marié
Domicile : Nuits, Côte-d'Or
Profession : Tailleur d'habits
Type d’activité : Vêtement
Secteur : Industrie

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Côte-d'Or : Algérie plus
Transporté en Algérie à Douéra, province : Alger

Observations en liste générale : Très dangereux. Très gravement compromis dans le mouvement de Nuits qui a amené l'assassinat de Mr Marey. Passe pour affilié aux sociétés secrètes
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : "Très dangereux. Très gravement compromis dans le mouvement de Nuits qui a amené l'assassinat de Mr Marey. Il passe pour affilié. (Procès-verbal des décisions de la Commission mixte du département de la Côte-d'Or, A.N., BB/30/400)
Notice judiciaire n° 12. Sa conduite privée est bonne, il est laborieux lorsqu'il n'est pas excité par la politique. Dans les jours d'émotion, on est toujours certain de le voir s'agiter dans les rues, remuer les masses, réunir les malintentionnés, mais au moment de l'événement il sait s'effacer, s'éclipser pour reparaître ou se cacher le lendemain selon le succès ou l'insuccès.
Je le crois affilié à des sociétés secrètes, on a trouvé chez lui une masse de publications détestables que ces sociétés ont répandu. Il est membre de la société de secours mutuels à laquelle du reste tous les démagogues du pays sont affiliés.
Le plus bilieux, le plus haineux, le plus dangereux de tous les démocrates de Nuits et en même temps le plus prudent, il est rare qu'il se compromette, il sait se montrer et s'éclipser à temps. C'est une des plus mauvaises natures que l'on puisse rencontrer.
Le 3 décembre, Dutronc faisait partie des conciliabules réunis dans la soirée chez Royer, puis chez Rigaud. Il est choisi pour émissaire et envoyé à Dijon à la recherche des ordres ou des nouvelles.
Il part à 11 heures avec les frères Gabriel et quoique qu'ils prétendent chacun se connaître à peine, ils vont ensemble achever le reste de la nuit chez un nommé Japelin, employé d'une maison de banque. Le lendemain matin il se mêle dans les groupes.
Il revient vers midi à Nuits avec Gabriel aîné dans la voiture de celui-ci et pendant la route il se fait remarquer par son animation, on l'entend même s'écrier ""il faut envoyer quelqu'un"".
Le 5, Dutronc, puis Morot et Lavocat se rendent chez Rigaud où ils s'étaient donné rendez-vous, ils avaient des figures si sinistres que la femme Rigaud enferma son mari dans l'atelier pour lui ôter toute communication avec eux. Néanmoins ils le découvrirent et une conférence mystérieuse eut lieu entre tous.
Le 6 Dutronc est chez Tréboul et il y signe l'appel aux armes, rédigé par Lavocat, c'est même lui qui emporte cette pièce qu'il prétend avoir détruite depuis. A trois heures après-midi on le retrouve chez Rigaud au conciliabule où est discuté et résolu le soulèvement.
Il accompagne Coquet et Tisserandot au moment de leur départ et cherche à leur procurer des moyens de transport."

Grâces et commutations de peine

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2590 Dossiers de grâce : BB/30/466
Dossier de pension : Archives nationales F/15/4007
Remarques de l’auteur de la base de données :
Né à Aubigny sur Aube selon le registre des transportés en Algérie (A.N. F/7/2587). Dutrone en demande de grâce.




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php