Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Desolme - Charles Pierre Laurent
Numéro d’ordre : 8895 - Numéro de dossier : 1

Informations personnelles

Lieu de naissance : Paris Seine
Âge : 33 ans
Statut conjugal : Marié
Domicile : Périgueux, Dordogne
Profession : Homme de lettres
Type d’activité : Artistes
Secteur : Professions libérales
Antécédents : 1849, 200 frs d'amende, contravention à la loi sur les clubs; 1849, 6 mois de prison, 2000 frs d'amende, délit de presse; 1849, 3 mois de prison, 1000 frs d'amende, délit de presse.

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Dordogne : Algérie moins
Transporté en Algérie à Misserghin, province : Constantine

Observations en liste générale : Venu à Périgueux en 1849 comme rédacteur gérant du Républicain de la Dordogne. Par ce journal, il a égaré l'opinion publique en répandant les plus mauvaises doctrines. Intelligent, actif et habile. En 1849 a fait réussir la candidature de deux représentants montagnards dans le département. La police le signale comme immoral, intrigant, joueur et débauché, s'occupant de politique subversive. Après le 2 décembre réunissait chez lui les socialistes et leur donnait le mot d'ordre. Incapable d'un travail physique. L'expulsion pourrait être substituée à la déportation.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : Venu à Périgueux en janvier 1849 comme Rédacteur en chef et gérant du journal Le Républicain de la Dordogne; c'est en cette qualité qu'il a été condamné par les deux arrêts ci-dessus […] Par ce journal, il a, plus qu'aucun autre, égaré l'opinion publique et répandu dans la Dordogne les mauvaises doctrines. Intelligent, actif et habile, il a par ses menées, aux élections de 1849, fait réussir la candidature de six Montagnards dans le département. Les notes transmise par la Préfecture de police le signalent comme un homme immoral et un intrigant, s'adonnant au jeu, à la débauche et s'occupant de politique subversive. Après le 2 décembre, réunissait chez lui les socialistes de Périgueux et leur donnait le mot d'ordre. Incapable de se livrer à un travail physique. L'expulsion pourrait être substituée à la déportation si Delsome le demandait. Arrêté le 18 décembre 1851 il est en ce moment détenu dans les prisons de Bordeaux. (Département de la Dordogne. État des délibérations de la commission mixte instituée par la circulaire du 3 février 1852, A.N., BB/30/399)

Grâces et commutations de peine

Grâce accordée par le chef de l’État :
Expulsion le 15/08/1852
Remise le 02/02/1853

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2590 Dossiers de grâce : BB/22/151/1
Dossier de pension : Archives nationales F/15/4009




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php