Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Cros - Pascal
Numéro d’ordre : 7858 - Numéro de dossier : 1

Informations personnelles

Lieu de naissance : Saint-Pons Hérault
Âge : 35 ans
Statut conjugal : Célibataire
Domicile : Blois, Loir-et-Cher
Profession : Mécanicien
Type d’activité : Métaux ordinaires
Secteur : Industrie

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Loir-et-Cher : Cayenne
Transporté en Algérie à Alger, province : Alger

Observations en liste générale : Chef de sociétés secrètes. Homme sanguinaire. Dangereux par son énergie et son influence. Passe pour être l'inventeur d'une guillotine pouvant couper 10 têtes à la fois. Correspondant des réfugiés à Londres.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : Arrêté le 7 décembre 1851. Chef de sociétés secrètes. Homme sanguinaire. Dangereux par son énergie et son influence, sobre, infatigable, ayant mérité dans son parti l'épithète de Vigoureux. Influent dans les campagnes. Passait pour l'inventeur d'une guillotine pouvant faire tomber dix têtes à la fois.
Correspondant des réfugiés à Londres et distributeur dans le département des bulletins du Comité de résistance. Connaissant et ayant répandu parmi les anarchistes la recette nouvelle pour faire de la poudre.
Un procès-verbal de la police, en date du 30 juillet 1849 constate qu'au passage du Président de la République à Blois Cros a engagé le sieur Poignant garde barrière sur le chemin de fer à retirer un rail sur la voie de ce chemin de fer près de la Loire afin d'y précipiter le train qui transportait le Président et sa suite. Un autre procès-verbal de police, en date du 30 juillet 1851 constate que Cros et La Forie devaient diriger le mouvement insurrectionnel à Blois en 1852 tandis que les affiliés appelleraient au son du tocsin les campagnes sur la ville. Le 7 décembre dernier, un certain nombre d'individus venant de la campagne ont été remarqués se rendant chez lui et y restant en conférence. Cros a été arrêté le même jour. On a trouvé chez lui le portrait de terroristes de 1793 et de montagnards de 1849.
Poursuivi en novembre 1850 en cour d'assises pour délit d'association secrète il a été acquitté par 5 voix contre 7. On demande qu'il soit transporté à Cayenne. (Copie littérale du procès-verbal de la Commission mixte du département de Loir-et-Cher, SHD, 7 J 73)

Grâces et commutations de peine

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2590 Dossiers de grâce : BB/30/470
Dossier de pension : Archives nationales F/15/4044
Remarques de l’auteur de la base de données :
Fabricant d'instruments aratoires selon le registre des transportés en Algérie (A.N. F/7/2587).




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php