Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Couchot - Jean
Numéro d’ordre : 7541 - Numéro de dossier : 6

Informations personnelles

Lieu de naissance : Arcelot Côte-d'Or
Âge : 29 ans
Statut conjugal : Célibataire
Domicile : Arcelot, Côte-d'Or
Profession : Cultivateur
Type d’activité : Agriculture
Secteur : Agriculture

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Côte-d'Or : Algérie moins
Transporté en Algérie à Douéra, province : Alger

Observations en liste générale : L'un des hommes les plus gravement compromis. Chef de bande.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : En fuite. L'un des hommes les plus gravement compromis. Chef de bande. (Procès-verbal des décisions de la Commission mixte du département de la Côte-d'Or, A.N., BB/30/400)
Notice judiciaire n° 5. Quoique n'ayant pour vivre que son travail, Couchot est paresseux et hautain. Dès 1848, il s'est mis dans le parti des désordres. Il faisait une propagande active, a entraîné beaucoup de jeunes gens. Il recevait les journaux rouges et doué d'une très grande mémoire, il les commentait partout excitant sans cesse à la haine des pauvres contre les riches, faisait de fréquents voyages à Dijon, colportait dans tous les villages voisins les ordres donnés par les chefs qui n'étaient connus que de lui, se chargeait enfin de recueillir toutes les souscriptions politiques du parti.
Il est prouvé par l'instruction que Couchot a été le chef actif du mouvement dont il est parlé dans la notice de Bornier. C'est lui qui a formé le premier noyau des rassemblements, c'est lui qui les a conduits jusqu'au près de Dijon pour l'exécution du complot où il était entré avec Bornier et autres. Il n'a renoncé momentanément à son entreprise qu'à raison de l'obstacle insurmontable apporté à l'exécution par la dispersion inattendue du rassemblement de Chenôve. Il est à remarquer que c'est seulement pendant la route qu'il a révélé à ses compagnons le véritable but du voyage. Il s'était d'abord borné à dire qu'il y aurait du bruit à Dijon.

Grâces et commutations de peine

Grâce accordée par le chef de l’État :
Remise le 02/02/1853

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2590 Dossiers de grâce : BB/22/150/2
Dossier de pension : Archives nationales F/15/4007




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php