Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Chesnée - Jean Baptiste
Numéro d’ordre : 6701 - Numéro de dossier : 12

Informations personnelles

Lieu de naissance : Fécamp Seine-Inférieure
Âge : 46 ans
Statut conjugal : Marié 2 enfant(s)
Domicile : Rouen, Seine-Inférieure
Profession : Propriétaire
Type d’activité : Non précisé
Secteur : Indéterminé
Antécédents : Arrêté pour excitation à la guerre civile en 1848, acquitté.

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Seine-Inférieure : Expulsion

Observations en liste générale : Il appartient à d'honorables familles. A fait des pertes considérables dans le commerce. S'est jeté dans la politique et ses concitoyens le signalaient comme un ardent démocrate. En relations intimes avec les chefs du parti socialiste. A de l'instruction, de l'intelligence et surtout une grande énergie.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : Chesnée, qui appartient à une honnête famille et qui s'était allié à une famille non moins honorable, ne réussit pas dans le commerce qu'il avait entrepris. La perte de sa fortune, et peut être aussi ses tendances personnelles, le jetèrent dans la politique. Dans les années qui précédèrent la révolution de 1848, ses concitoyens le signalaient déjà comme un ardent démocrate. Au moment de cette Révolution, il s'installa à la Préfecture comme l'un des conseillers du Commissaire général du gouvernement provisoire. L'opinion publique s'inquiéta de la position qu'il avait prise. Il fut suspecté d'avoir pris part à l'insurrection de Rouen. Mis en mandat d'amener, le 28 avril 1848, comme inculpé d'excitation à la guerre civile, il parvint jusqu'au 11 juillet suivant à se soustraire aux suites de ce mandat. Renvoyé par arrêt de la chambres des mises en accusation de la cour d'appel de Rouen devant la cour d'assises comme inculpé du crime à raison duquel il avait été arrêté, il fut acquitté le 7 décembre 1848. Depuis son acquittement, Chesnée a continué à s'occuper de politique. Il faisait de fréquents voyages à Paris; il était en relation intime avec les chefs du parti socialiste. Pendant les événements de décembre, il a quitté Rouen et s'est réfugié dans sa famille à Fécamp. Chesnée a de l'instruction, de l'intelligence et surtout une grande énergie. Il serait dangereux de le laisser au centre de ses relations. (État des décisions prises par la Commissions mixte instituée par la circulaire du 3 février 1852…Département de la Seine-Inférieure, SHD, 7 J 78)

Grâces et commutations de peine

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2589




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php