Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Cabos - Hyacinthe Jacques, dit Jean Marie
Numéro d’ordre : 5089 - Numéro de dossier : 19

Informations personnelles

Lieu de naissance : Bassoues Gers
Âge : 27 ans
Statut conjugal : Célibataire
Domicile : Bassoues, Gers
Profession : Boulanger
Type d’activité : Aliments [Commerce]
Secteur : Commerce

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Gers : Algérie plus
Transporté en Algérie à Pont du Chéliff, province : Oran

Observations en liste générale : "Affilié aux sociétés secrètes. Homme dangereux. Sans moralité. Disait à un nommé Capdecome, peu de temps avant les événements de décembre : ""Il y a dans Bassoues une vingtaine d'aristos; avant trois mois je veux leur servir de bourreau, je veux les mettre sur le gril et les manger les uns après les autres…"". Chef d'un rassemblement armé. Menaces contre le vicaire qui refusa de lui livrer les clefs de la cloche"
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : "Détenu. Démagogue exalté, affilié aux sociétés secrètes. Propagateur de ces associations. Homme dangereux, sans moralité. Quelque temps avant les événements de décembre, il disait au nommé Capdecomme : ""Il y a dans Bassoues une vingtaine d'aristos, avant trois mois, je veux leur servir de bourreau. Je veux les mettre sur le gril et les manger les uns après les autres"". Le 4 décembre, jour de l'insurrection, il fut un de ceux qui marchaient à la tête d'un attroupement armé; il était porteur d'un fusil. Arrivé à Barran, il somma le maire de cette ville de livrer les clefs du clocher. Le Vicaire étant en service, Cabos lui adressa la même sommation et sur son refus le qualifia de ""Bigand, Chien et Chouan"". Le 6 décembre, il se porta à la tête d'un rassemblement armé sur la caserne de gendarmerie de Bassoues et s'empara violemment du cheval du brigadier qu'il a menacé de mort, ne tint aucun compte de l'intervention du Maire, il se rendit à Mirande offrir aux insurgés de cette ville le concours des socialistes de Bassoues. (Département du Gers. Insurrection de décembre 1851, SHD, 7 J 71)"

Grâces et commutations de peine

Grâce accordée par le chef de l’État :
Algérie moins le 15/08/1852

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2589 Dossiers de grâce : BB/22/152
Remarques de l’auteur de la base de données :
Ne figure pas dans le décret de grâce à la date indiquée dans le dossier de grâce.




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php