Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Boissel - Pierre Louis Ferdinand
Numéro d’ordre : 3332 - Numéro de dossier : 22

Informations personnelles

Lieu de naissance : Londe (La) Seine-Inférieure
Âge : 32 ans
Statut conjugal : Marié 1 enfant(s)
Domicile : Londe (La), Seine-Inférieure
Profession : Tisserand
Type d’activité : Textile
Secteur : Industrie
Antécédents : Cour d'assises du Calvados. Acquitté.

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Seine-Inférieure : Algérie plus
Transporté en Algérie à Bône, province : Constantine

Observations en liste générale : L'âme des criminelles résolutions prises par les masses à Elbeuf, afin d'arriver à une guerre civile. Démagogue exalté. Nommé maire provisoire de La Londe en 1848. Grande influence sur la classe ouvrière et de laquelle il se sert pour la pervertir. Paresseux. Immoral. Ayant dévoré son patrimoine en peu d'années. Socialiste des plus dangereux. (3000 frs de fortune)
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : Lorsque les décrets du 2 décembre furent connus à Elbeuf et dans les communes voisines, l'agitation la plus vive et la plus menaçante se manifesta parmi les démagogues exaltés. Des rendez-vous furent donnés et pris. Le soir, on se réunit dans les carrières, dans les bois. On agita dans ces diverses réunions les propositions les plus violentes. On résolut de prendre les armes, on parla d'incendier les manufactures, de désarmer les gardes nationaux, de s'emparer de leurs familles. C'était la guerre civile qu'on arrêtait. C'étaient la dévastation, le massacre, le pillage qu'on allait porter dans la ville d'Elbeuf et les environs. Ce furent les mesures prises par l'autorité qui empêchèrent les réalisations de ces abominables projets. Boisset était l'âme de ces criminelles résolutions. Dénoncé par la clameur publique, il fut arrêté et sur le champ le calme revint au milieu de ces populations, si agitées, si effrayées. Boissel est un démagogue exalté. Il fut nommé, en 1848, Maire provisoire de La Londe (canton d'Elbeuf). Le mois d'avril suivant, il fit sonner le tocsin et se porta à la tête de nombreux adhérents d'Elbeuf pour y encourager la guerre civile. Traduit pour ces crimes devant la cour d'assises du Calvados, il eut la chance d'y être acquitté. Depuis 1848, Boissel n'a cessé d'user de son influence sur la classe ouvrière pour la pervertir. Il est parvenu à se faire élire chef de bataillon des gardes nationales de La Londe et d'Orival. Cette indigne promotion a déterminé M. le Préfet à dissoudre le bataillon. Paresseux, immoral, ayant dévoré son patrimoine en peu d'années, Boissel est un des socialistes les plus influents et les plus dangereux. (État des décisions prises par la Commissions mixte instituée par la circulaire du 3 février 1852…Département de la Seine-Inférieure, SHD, 7 J 78)

Grâces et commutations de peine

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2588 Dossiers de grâce : BB/30/476
Dossier de pension : Archives nationales F/15/4087




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php