Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Bertal - Hippolyte
Numéro d’ordre : 2581 - Numéro de dossier : 5

Informations personnelles

Lieu de naissance : Montpezat Tarn-et-Garonne
Âge : 29 ans
Statut conjugal : Célibataire
Domicile : Montpezat, Tarn-et-Garonne
Profession : Etudiant en droit
Type d’activité : Enseignement
Secteur : Professions libérales

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Tarn-et-Garonne : Expulsion

Observations en liste générale : Démagogue exalté. Chef du parti dans le canton. Intelligent et opiniâtre. Propos anarchiques. Menaces de mort et de pillage.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : Ancien maître d'études au Lycée de Toulouse, ancien juge de paix du canton de Montpezat nommé par le Gouvernement provisoire, puis destitué quand le calme fut revenu. Caractère perfide, haineux ayant en horreur tout ce qui est au-dessus de lui par la talent ou par la fortune. Pendant qu'il était maître d'études, il fournissait au journal socialiste l'Emancipation, publié à Toulouse, des articles contre le gouvernement et contre les sommités du canton de Montpezat.
Les démagogues de Montauban le regardaient comme le chef de leur parti dans ce canton. Il a de l'intelligence et de l'opiniâtreté, une certaine tenue, beaucoup de sang-froid et de l'habileté à manier et à tromper les paysans. Il ne paraît pas possible de ramener cet homme à des principes d'ordre.
Dans la nuit du 4 au 5 décembre, le club de Montauban l'envoie chercher à Montpezat, situé à 4 myriamètres de distance, dans une voiture louée 25 f. Le nommé Gacs, l'un des deux émissaire, a fini par l'avouer. Le 5 décembre, dans la rue, il dit à un témoin qui l'a rapporté que les paysans devraient se jeter en masse sur Montauban et comme ce témoin lui demande qui nourrirait les paysans, il répond que quant à lui il saurait bien où et comment se nourrir. D'après le témoin Prax, il serait revenu à Montpezat pour soulever 200 paysans, mais quinze seulement se seraient montrés disposés à le suivre. Antérieurement au 2 décembre il disait que l'on devrait, dans son canton, faire tomber cent têtes. (Département du Tarn et Garonne. Commission départementale instituée par l'instruction collective du 3 février 1852, A.N., BB/30/402)

Grâces et commutations de peine

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2588 Dossiers de grâce : BB/30/476
Dossier de pension : Archives nationales F/15/4090
Remarques de l’auteur de la base de données :
Berthal, ancien magistrat en demande de grâce.




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : LIR3S-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php