Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Ansas - Jean Marie Aristide
Numéro d’ordre : 553 - Numéro de dossier : 22

Informations personnelles

Lieu de naissance : Montauban Tarn-et-Garonne
Âge : 29 ans
Statut conjugal : Célibataire
Domicile : Montauban, Tarn-et-Garonne
Profession : Avocat
Type d’activité : Professions libérales
Secteur : Professions libérales

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Tarn-et-Garonne : Eloignement Momentané

Observations en liste générale : Démagogue exalté. Clubiste violent. Socialiste par intérêt plutôt que par conviction. Sans influence.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : Le Maire de Montauban a rapporté que cet individu lui a été signalé comme ayant assisté quelques fois aux conciliabules qui se tenaient dans quelques cabarets de Montauban avant le 2 décembre. L'un des commissaires de police a déclaré de son côté que la voix publique lui a appris que le 4 décembre, ce même individu s'écria dans le club démagogique qu'il fallait s'armer de couteaux, de pioches et de tous autres instruments. Le 5, lorsqu'on voulut faire fermer le club il était du nombre de ceux qui se refusaient de sortir et lorsqu'on eut arrêté sept des plus récalcitrants il vint demander compte au maire d'une manière insolente de cette arrestation.
Nommé substitut à Montauban le 14 avril 1848, il fut révoqué le 10 mars 1849. Il s'est fait démagogue, non peut être par conviction, mais parce qu'il a pensé que la carrière des révolutions pouvait le conduire promptement à la fortune. Au reste il s'était entièrement lié avec les hommes les plus avancés. Il comptait sur un avenir brillant dans le cas où Ledru-Rollin serait revenu au pouvoir.
Du reste sans influence et sans talent. Il n'a plaidé que dans quelques affaires données d'office ou dans quelques affaires politiques.
Sa famille qui originairement fut légitimiste est sans fortune. Son père est greffier du tribunal de simple police de Montauban. (Département du Tarn et Garonne. Commission départementale instituée par l'instruction collective du 3 février 1852, A.N., BB/30/402)

Grâces et commutations de peine

Grâce accordée par le chef de l’État :
Internement le 15/08/1852

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2588 Dossiers de grâce :




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php