Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Maitrejean - Rémy
Numéro d’ordre : 17082 - Numéro de dossier : 68

Informations personnelles

Lieu de naissance : Selongey Côte-d'Or
Âge : 42 ans
Statut conjugal : Marié 1 enfant(s)
Domicile : Dijon, Côte-d'Or
Profession : Manouvrier
Type d’activité : Industrie. Non précisé
Secteur : Industrie
Antécédents : 10 mois de prison, coups et blessures; 25 frs d'amende, outrages à agents.

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Côte-d'Or : Internement

Observations en liste générale : Mauvais sujet, brute, sans importance politique. Prêt à faire le coup de fusil dans le seul but de faire du désordre et du mal. Injures contre les gendarmes.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : "Après avoir dissipé 20 000 f provenant de sa femme, il la maltraite. Il est mauvais sujet, brute, sans importance politique. Prêt à faire le coup de fusil s'il était excité. Il a subi une condamnation à 10 mois de prison pour coups et blessures envers son beau-frère. Arrêté le 4 décembre proférant des injures contre les gendarmes. (Procès-verbal des décisions de la Commission mixte du département de la Côte-d'Or, A.N., BB/30/400)
Notice judiciaire n° 80. Condamné à 25 francs d'amende en 1850 pour injures envers deux gendarmes sans provocation aucune. La même année, il a proféré à plusieurs reprises des menaces de mort contre son beau-père qui se refusait à satisfaire à ses demandes d'argent. Le nommé Brunot ayant voulu le retenir au moment où il parlait encore d'aller tuer son beau-père fut par lui dangereusement blessé d'un coup de barre de fer. Maîtrejean a été condamné pour ce fait à dix mois d'emprisonnement il a dissipé environ 20 000 francs appartenant à sa femme. On signalé aussi une condamnation pour faux ou banqueroute simple mais on n'a pu en retrouver la trace.
Il a été arrêté le 4 décembre au moment où il disait tout haut dans les groupes : ""il faut qu'on guillotine les gendarmes"". Précédemment il avait injurié ces militaires et les avait traités de ""canailles""."

Grâces et commutations de peine

Grâce accordée par le chef de l’État :
Remise le 02/02/1853

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2592 Dossiers de grâce : BB/22/150/2




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php