Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Laffage - Bertrand
Numéro d’ordre : 15110 - Numéro de dossier : 332 bis

Informations personnelles

Lieu de naissance : Mirande Gers
Âge : 43 ans
Statut conjugal : Marié 6 enfant(s)
Domicile : Mirande, Gers
Profession : Cordonnier
Type d’activité : Cuirs et peaux
Secteur : Industrie
Antécédents : Condamné pour propos violents.

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Gers : Algérie moins
Transporté en Algérie à Lazaret, province : Alger

Observations en liste générale : Exalté. Apporta d'Auch l'ordre de commencer l'insurrection. Enfonça à coups de marteau la porte de la sous-préfecture et accepta ensuite le rôle de concierge de la prison où furent mis le sous-préfet et d'autres magistrats.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : Détenu. Déjà connu par son exaltation politique. Condamné par le tribunal de Mirande pour propos violent contre le percepteur. Instrument subalterne au service des chefs de parti qui exploitent son fanatisme. Dans la nuit du 3 au 4 décembre, il fut de Mirande à Auch prendre les instructions et le mot d'ordre du comité révolutionnaire socialiste et qui apporta, à Mirande, l'ordre de commencer sur le champ l'insurrection. Le 4 décembre, armé d'un marteau, il enfonça la porte de la sous préfecture au moment où les bandes armées se portaient à l'hôtel et recherchaient le sous-préfet. C'est encore lui qui se précipita vers l'église, menaça d'enfoncer la porte du clocher et contraignit le carillonneur à sonner le tocsin. C'est lui enfin qui accepta le rôle de concierge de la prison et se chargea d'y maintenir le sous-préfet et les fonctionnaires détenus. Il a fait des révélations importantes et a fait connaître notamment l'assassin qui avait blessé M. le sous-préfet d'un coup de pistolet à la face. Les magistrats incarcérés pendant l'insurrection se louent des égards dont ils ont été l'objet. A raison de ces circonstances très atténuantes, le sieur Laffargue est classé dans la catégorie de Lambessa. (Département du Gers. Insurrection de décembre 1851, SHD, 7 J 71)

Grâces et commutations de peine

Grâce accordée par le chef de l’État :
Surveillance le 04/12/1852

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2592 Dossiers de grâce : BB/30/467
Dossier de pension : Archives nationales F/15/4026
Remarques de l’auteur de la base de données :
Né et demeurant à Mirmande en demande de grâce.




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php