Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Ducamp - Eugène
Numéro d’ordre : 9435 - Numéro de dossier : 317

Informations personnelles

Lieu de naissance : Nîmes Gard
Âge : 35 ans
Statut conjugal : Célibataire
Domicile : Cassagnoles, Gard
Profession : Avocat
Type d’activité : Professions libérales
Secteur : Professions libérales
Antécédents : 27/12/1850, 50 frs d'amende, coups portés à un employé de l'octroi dans l'exercice de ses fonctions.

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Gard : Algérie plus

Observations en liste générale : Etait maire de sa commune. A fait de la propagande socialiste. Voulait soulever la garde nationale et former un camp insurrectionnel. Chef de l'insurrection. Influent. Très dangereux.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : Attendu que cet inculpé est notoirement considéré comme le principal chef du parti montagnard dans le canton de Lédignan; qu'il a abusé de l'influence que lui donnaient sur les populations de ce canton son titre d'avocat et ses fonctions de maire de la commune de Cassagnoles pour détruire dans leur esprit tout respect pour l'autorité et pour lui inoculer le poison des doctrines socialistes; qu'il est signalé par les nombreux témoins de l'information comme le chef des sociétés secrètes du canton de Lédignan qu'il avait pour agent principal l'inculpé Paul Lafont, son homme d'affaires et son adjoint; que c'est par l'intermédiaire de cet agent qu'il transmettait ses ordres aux démagogues du canton; qu'il était en relation habituelle avec les principaux chefs du parti à Nîmes; que dans les premiers jours de décembre dernier il a, avec ces derniers, organisé l'insurrection dans le département; qu'il n'a pas craint de faire une démarche auprès du sieur Chaptal commandant du 5e bataillon de la garde nationale de Nîmes pour lui demander d'appuyer avec son bataillon les efforts des populations soulevées par les soins du comité insurrectionnel et qui se proposaient de s'emparer de la ville de Nîmes dans la nuit du 5 au 6; qu'après avoir échoué dans cette tentative il s'associa au projet de la formation d'un camp insurrectionnel à Quissac, accompagna jusqu'à une certaine distance de la ville Louis Laget, Emile Fermaud, Jules Fermaud et Boissière qui allaient à Quissac et à Sauve pour favoriser l'exécution de ce nouveau plan et annonça qu'il allait lui-même se rendre à Boucoiran lieu assigné pour rendez-vous aux bandes insurgées de l'arrondissement d'Alais; qu'une telle conduite de la part d'un homme revêtu du double titre de maire et d'avocat est de nature à attirer sur son auteur la sévérité de la commission. (Registre des décisions rendues par la Commission mixte du Gard, SHD, 7 J 70)

Grâces et commutations de peine

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2590 Dossiers de grâce : BB/30/467




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php