Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Dindaburu - Pierre Honoré
Numéro d’ordre : 9096 - Numéro de dossier : 38

Informations personnelles

Lieu de naissance : Bunus Pyrénées (Basses)
Âge : 37 ans
Statut conjugal : Célibataire
Domicile : Bunus, Pyrénées (Basses)
Profession : Propriétaire
Type d’activité : Non précisé
Secteur : Indéterminé
Antécédents : 1 mois de prison, coups et blessures; 8 jours de prison, outrages à un prêtre.

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Pyrénées (Basses) : Eloignement 5 ans

Observations en liste générale : Démagogue actif. Dangereux par son exaltation. Entrave à la liberté des suffrages. Offenses envers le président de la République.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : Il est résulté de l'examen de la procédure et des documents produits,
Que Dindaburu, dans les journées qui ont précédé le 20 décembre, aurait mis en oeuvre tous les moyens pour tromper les électeurs ou obtenir d'eux l'abstention ou un vote négatif;
Que les rapports le signalent comme disant ou faisant dire par des émissaires : qu'il ne fallait pas voter pour cette f… canaille de Napoléon, que ceux qui voteraient négativement ne paieraient pas d'impôts l'année courante… que c'était le vote négatif qui assurerait le maintien de Louis Napoléon;
Que Dindaburu a cru devoir se soustraire par la fuite aux conséquences de sa conduite;
Que son arrestation n'a pu être opérée que le 23 janvier;
Que dans son interrogatoire il nie les faits;
Que Dindaburu est depuis plusieurs années l'un des plus ardents et des plus dangereux démagogues de ce pays;
qu'actif, violent, son nom se trouve mêlé à toutes les manifestations des anarchistes;
Que sa conduite privée lui a fait perdre toute espèce de considération aux yeux des hommes d'ordre;
Qu'il a été révoqué de ses fonctions de maire;
Qu'il s'est démis de celles de membre du conseil général à l'occasion du décret qui prorogeait les pouvoirs des membres de ces conseils;
Que deux fois il a été condamné à l'emprisonnement, la 1ère à un mois pour coups et blessures, la 2e à huit jours pour outrages à un prêtre, desservant de sa commune, dans la sacristie même, et à l'occasion de ses fonctions;
Qu'il importe essentiellement à la sûreté publique que cet homme qui exerce sur une certaine partie de la population une influence dangereuse soit éloigné du pays. (Commission mixte des Basses Pyrénées. État dressé en exécution de l'instruction ministérielle du 3 février 1852, A.N., BB/30/402)

Grâces et commutations de peine

Grâce accordée par le chef de l’État :
Remise le 02/02/1853

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2590 Dossiers de grâce : BB/22/157
Remarques de l’auteur de la base de données :
Dindabureg en demande de grâce.




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php