Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Damas-Badier - Edme Lazare
Numéro d’ordre : 8030 - Numéro de dossier : 50

Informations personnelles

Lieu de naissance : Semur Côte-d'Or
Âge : 61 ans
Statut conjugal : Marié 5 enfant(s)
Domicile : Semur, Côte-d'Or
Profession : Serrurier
Type d’activité : Métaux ordinaires
Secteur : Industrie
Antécédents : Condamné pour coups et blessures.

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte Côte-d'Or : Expulsion

Observations en liste générale : Homme violent. Capable de tous les excès.
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : Moeurs grossières et brutales. Homme violent, capable de tout faire.
Condamné par la justice, il y a 26 ans, à 3 mois de prison pour coups et blessures; vivant mal avec sa femme et ses enfants; immoralité profonde. (Procès-verbal des décisions de la Commission mixte du département de la Côte-d'Or, A.N., BB/30/400)
Notice judiciaire n° 49. Marié, mais séparé de corps par suite des sévices et mauvais traitements qu'il a exercé sur sa femme. A quelque fortune acquise par son travail. C'est un ouvrier habile, laborieux, économe. A été condamné, il y a 24 ans (15 octobre 1828) à 3 mois de prison pour coups et blessures. Caractère violent et redouté. Opinions exaltées. Honnête et probe dans ses relations commerciales et privées. Habitudes régulières dans les temps ordinaires, mais agité et agitateur dans les temps de troubles.
Il s'est montré inquiet, turbulent, agitateur même dans les temps de trouble à Semur qu'il n'a pas quitté. Il passe aux yeux de tous pour très exalté et très dangereux. Cependant on ne peut citer à sa charge aucun fait positif. L'énergie et on peut dire la violence de son caractère jointes à ses opinions démagogiques inspirent de l'inquiétude. Il n'apparait pas qu'il a fait ou ait été affilié à aucune société secrète.
Il a des sentiments d'honneur et d'autre part des intérêts de conservation. C'est d'ailleurs un homme intelligent.
Deux faits sont imputés au nommé Damas, tous deux sont constants :
Le 3 décembre à 4 h du soir, au moment où l'afficheur de la ville apposait à Semur par ordre de l'autorité les proclamations du Président de la République, Damas, venant à passer s'empara d'une planchette sur laquelle était l'une d'elles et la brisa. Il ajouta, en s'éloignant, qu'il en ferait autant à toutes les autres. Mais il ne put être arrêté car il alla d'abord à Paris où sont ses deux fils et de retour ensuite, à Semur, il se cacha. On ne parvint à l'arrêter que le 31 décembre.
Dans l'intervalle il ne prit part à aucune agitation et se tint très tranquille mais le 31 décembre on le trouve chez lui puissamment armé et en état de faire une vigoureuse résistance. Il n'en fit aucune à la vérité, mais pris à l'improviste on ne lui en laissa ni le temps ni la possibilité.
Il avait chez lui un pistolet chargé; à côté de son lit, un sabre tiré de son fourreau; un fusil de chasse chargé de deux coups et amorcé; un fusil de munition également chargé et pourvu de sa baïonnette. Tout cet arsenal de guerre accuse suffisamment une détermination arrêtée de résistance que rend d'ailleurs vraisemblable la violence de caractère de Damas.
Il cherche à tout expliquer, mais ses explications sont inadmissibles ou ne détruisent pas les inductions accusatrices qu'il est impossible de ne pas tirer. Si l'information à laquelle procède M. le conseiller instructeur n'amène pas la découverte de la participation de Damas à un complot ou de son affiliation à des sociétés secrètes, les deux faits ci-dessus subsisteront à sa charge et suffiront pour motiver son renvoi devant le tribunal de police correctionnelle.

Grâces et commutations de peine

Grâce accordée par le chef de l’État :
Surveillance le 30/12/1854

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2590 Dossiers de grâce : BB/22/184
Dossier de pension : Archives nationales F/15/4007




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php