Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851

Notices individuelles

CLIQUER ICI POUR EXPORTER LA FICHE

Bazergues - Jean Bernard
Numéro d’ordre : 1999 - Numéro de dossier : 53

Informations personnelles

Lieu de naissance : Saint-Arroman Pyrénées (Hautes)
Âge : 28 ans
Statut conjugal : Célibataire
Domicile : Saint-Arroman, Pyrénées (Hautes)
Profession : Propriétaire, ex instituteur révoqué
Type d’activité : Enseignement
Secteur : Professions libérales
Antécédents : Arrêté en août 1851 pour propos séditieux.

Décisions des commissions mixtes départementales et des commissions militaires de Paris

Décision de la commission mixte  : Algérie plus
Transporté en Algérie à Mascara, province : Oran

Observations en liste générale : Socialiste exalté. Propagandiste actif. A assisté au conciliabule chez Dupuy. Excitation à l'insurrection. A voulu jeter par la fenêtre un citoyen qui recommandait la modération. Est allé dans les campagnes pour soulever les populations. (procès-verbal du Gers)
Motifs et observations dans l’État de la commission mixte : "Détenu. Socialiste exalté, ayant fait une propagande des plus actives au profit des idées anarchiques, révoqué pour ce fait des fonctions d'instituteur qui lui avaient été confiées. Arrêté dans les Hautes-Pyrénées, en août 1851, pour de propos séditieux publiquement tenus et tendant à exciter les citoyens les uns contre les autres. Signalé comme ayant exercé sa propagande à la fois dans le Gers et dans les Hautes-Pyrénées. Le 3 décembre, il assistait à la réunion des socialistes les plus exaltés qui eut lieu chez le nommé Dupuy, négociant. Pendant qu'on délibérait sur ce qu'il convenait de faire, Bazergues s'écria avec impatience : "" Citoyens, j'ai été condamné par la réaction à 50 jours de prison; le jour de la justice est venu pour nous, nous devons être maîtres du terrain et marcher immédiatement sur l'hôtel de ville"". Le 4 décembre, jour de l'insurrection, au moment où les émeutiers désignaient les membres de la commission chargée du pouvoir exécutif, et au moment où le nommé Lagardère les invitait à attendre encore, un individu qu'on croit être l'inculpé Bazergues, s'écria : "" En voilà un qui vient nous prêcher la modération; par la fenêtre ! par la fenêtre ! nous sommes en Révolution, il faut en profiter"". Le 5 décembre, au moment où la commission insurrectionnelle se retirait et invitait les insurgés à battre en retraite, Bazergues les invitait, au contraire, à rentrer à Condom et proposait de les commander lui-même pour les conduire sur Auch. Le 6 décembre, il se rendit dans la commune de Saint-Arromand et y mit tout en oeuvre pour y fomenter l'insurrection. (Département du Gers. Insurrection de décembre 1851, SHD, 7 J 71)"

Grâces et commutations de peine

Sources

Liste générale : Archives nationales F/7/*/2588 Dossiers de grâce : BB/30/467
Dossier de pension : Archives nationales F/15/4068




Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy Programmation web : Rosine Fry (2013) puis David Valageas (2018) Hébergement : Centre Georges Chevrier-UMR 7366 CNRS uB
Référence électronique : Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013 (adresse http://tristan.u-bourgogne.fr/Inculpes/WEB/1848_Index.html) puis le 20 juillet 2018, URL : http://poursuivis-decembre-1851.fr/index.php